Le billet de Monocle

A Méditer

20 mai 2021

Concernant le fonds, l’acquisition de M6 par TF1 est une excellente nouvelle. TF1 était déjà un beau dossier pour nous – le dividende représentant un rendement supérieur à 7% sur notre prix d’entrée – mais avec cette acquisition, ce dividende sera plus important et son taux de croissance plus élevé. L’action a pris 7% sur cette nouvelle et la ligne représente aujourd’hui 3.5% du fonds.

Sur les marchés, trois informations que je vous laisse méditer :

1) COATUE, le hedge fund newyorkais dirigé par le français Philippe Lafont, est peu connu du grand public. C’est pourtant l’un des premiers acteurs dans le secteur de la tech, ayant participé à la plupart des belles histoires du Nasdaq. Comme tous les hedge funds américains, COATUE doit publier chaque trimestre auprès de la SEC son « 13F », le rapport qui recense l’ensemble de ses positions actions. Voilà l’évolution de ses positions par rapport à fin 2020 : SHOPIFY -40% ; ZOOM -50 ; NETFLIX -35% ; PAYPAL -57% ; UBER -36% ; SQUARE -36% ; TESLA -24% ; DISNEY -44%. Quand un spécialiste du secteur réduit ses lignes de manière aussi significative, cela me semble assez révélateur.

2) William Barnett est lui aussi peu connu du grand public. C’est un économiste américain âgé de 80 ans, qui a passé la majeure partie de sa carrière à la FED. Son principal sujet d’étude est la mesure des masses monétaires pour laquelle il explique que les méthodes définies dans les années 50 ne sont plus valables aujourd’hui car la définition de ce qui doit être intégré à ces masses monétaires a évolué. Il a mis au point une nouvelle méthode de mesure, nommée « divisia », qui a été reprise par la plupart des banques centrales. Il est donc très reconnu sur la mesure des masses monétaires et uniquement sur ce sujet : il s’abstient de tout commentaire sur la politique monétaire.

Enfin, ça c’était vrai jusqu’à la semaine dernière. Le 5 mai, Barnett a publié un papier dans lequel il explique que la réponse des banques centrales a entraîné une hausse massive des masses monétaires (+24% en un an) et que par conséquent « the risk to the economy is inflation« . Les derniers chiffres d’inflation étaient de facto très élevés (+4.2% sur un an aux US) et pourtant la FED soutient que c’est « transitoire » et qu’il ne faut pas s’inquiéter. Or, cette position sera plus difficile à tenir si des pointures comme Barnett disent que le risque est bien réel. De toute façon, avant même que la FED ne bouge, les marchés réagiront : les taux remonteront, ce qui mettra de la pression sur les obligations, les actions et sur les sociétés avec beaucoup de dette (et attention : dans le lot il y a beaucoup de sociétés de Tech qui se sont mises à émettre de la dette pour compenser leur absence de génération de cash-flow).

3) Schwab, le courtier américain, a publié ses statistiques mensuelles. En 2019, Schwab ouvrait en moyenne 60.000 nouveaux comptes par mois. En mars 2020, avec l’arrivée de la pandémie, ce chiffre est passé à 215.000 : tous les casinos étaient fermés, sauf Wall Street. Le rythme d’ouverture de comptes est resté soutenu toute la fin de l’année, avec une moyenne à 150.000 par mois. Et début 2021, avec l’arrivée de Biden et le stimulus, les chiffres ont explosé : 905.000 en janvier, 989.000 en février (février c’est l’affaire Gamestop et les deux événements sont sans doute liés). Maintenant que se passe-t-il après ? Mars +379.000. Toujours très élevé mais rien à voir avec janvier et février. Et puis il y a avril : – 25.000 où Schwab termine le mois avec moins de comptes qu’à fin mars. Cela n’était pas arrivé depuis des années. Dans toute bulle, il y a un phénomène de pyramide de Ponzi : il faut l’arrivée continuelle de nouveaux acheteurs pour surenchérir sur les actions que détiennent les premiers arrivés. Mais au moment où on ne peut plus trouver de nouveaux acheteurs, la bulle éclate. Ce moment, c’est maintenant.

Bonne semaine à vous,
Charles

Avertissement

Cette présentation est un document à caractère promotionnel. Le contenu de ce document est communiqué par et est la propriété de Monocle Asset Management. Monocle Asset Management est une société de gestion de portefeuille agréée par l’Autorité des Marchés Financiers sous le numéro GP-20000040 et enregistrée auprès de l’ORIAS en qualité de courtier d’assurance sous le numéro 10058146. Aucune information contenue dans ce document ne saurait être interprétée comme possédant une quelconque valeur contractuelle. Ce document est produit à titre purement indicatif. Les perspectives mentionnées sont susceptibles d’évolution et ne constituent pas un engagement ou une garantie.   L’accès aux produits et services présentés ici peut faire l’objet de restrictions à l’égard de certaines personnes ou de certains pays. Le traitement fiscal dépend de la situation de chacun. Le fonds mentionné dans le document (Monocle Fund SICAV) est autorisé à la commercialisation en France et éventuellement dans d’autres pays où la loi l’autorise. Préalablement à tout investissement, il convient de vérifier si l’investisseur est légalement autorisé à souscrire dans le fonds. Les risques, les frais et la durée de placement recommandée des OPC présentés sont décrits dans les DICI (documents d’information clé pour l’investisseur)/KIDD (key investor information documents) et les prospectus, disponibles gratuitement auprès de Monocle Asset Management et sur le site internet. Le DICI doit être obligatoirement remis aux souscripteurs préalablement à la souscription.   Les performances passées ne sont pas un  indicateur  fiable  des  performances futures. Monocle Asset Management ne saurait  être  tenue  responsable  de  toute  décision  prise  ou  non  sur  la  base  d’une information contenue dans ce document, ni de l’utilisation qui pourrait en être faite par un tiers. L’investisseur peut perdre tout ou partie du montant de capital investi, les OPC n’étant pas garantis en capital.

Pour vous désabonner ou pour toute demande d’information, vous pouvez nous écrire à monocle@monocle.lu

Fermer

Comment souscrire ?

Important à savoir