Le billet de Monocle

Le Bon, La Brute et Le Truand

22 novembre 2021

Je vous le disais dans un précédent billet : la macro-économie n’est pas notre expertise première.

Toutefois, avec un cocktail aussi détonnant – inflation explosive, taux d’intérêts au niveau de la mer et valorisations stratosphériques – il est nécessaire de s’en préoccuper un peu.

Au mois d’octobre 2021, l’inflation américaine était de 6.2% sur l’année : un niveau non atteint depuis plus de vingt ans. Vous me direz : aucun problème puisque les entreprises passent les hausses de coûts aux clients finaux et que les salaires collent relativement bien au train. Donc pas d’inquiétude à avoir.

Mais alors pourquoi Ben Bernanke (président de la Banque Centrale Américaine de 2006 à 2014) a-t-il défini une cible de 2% d’inflation comme principal objectif de la plus importante des banques centrales de la planète ?

Réponse 1 : parce qu’en dessous de 2% l’économie est au bord de la déflation, situation très peu enviable qui généralement mène à une crise de confiance et à une récession.

Réponse 2 : parce qu’au-dessus de 2% la machine s’emballe, les coûts augmentent, donc les prix augmentent donc les salaires augmentent donc les coûts augmentent donc les prix augmentent. Vous voyez l’idée.

Réponse 3 : parce que les salaires ont un effet de lag derrière des hausses des prix trop importantes. Vous aurez perpétuellement l’impression d’avoir moins de pouvoir d’achat par rapport au mois d’avant. Pas forcément agréable.

Il faut donc régler le problème. Pour le faire, les banques centrales ont l’outil parfait : les taux d’intérêts. Montez-les et l’inflation diminuera. Simple.

Sauf que : avec des marchés financiers aussi chèrement valorisés (le S&P 500 se paie quasiment 40 de multiple), dont la justification se trouve dans la faiblesse des taux d’intérêts (semble-t-il),  il risque d’y avoir un problème.

Monter les taux d’intérêts ça signifie augmenter le coût de la dette pour une économie mondiale déjà surendettée et déficitaire : problématique.

Les banquiers centraux, comme Clint Eastwood dans Le Bon, La Brute et le Truand (1966), se retrouvent donc face à un dilemme : monter les taux pour apaiser l’emballement et risquer la dégringolade des indices, ou les maintenir faibles pour supporter la hausse perpétuelle des marchés et voir l’inflation s’emballer.

Qui dégainera en premier ? A suivre…

Excellente semaine,
Max

Avertissement

Cette présentation est un document à caractère promotionnel. Le contenu de ce document est communiqué par et est la propriété de Monocle Asset Management. Monocle Asset Management est une société de gestion de portefeuille agréée par l’Autorité des Marchés Financiers sous le numéro GP-20000040 et enregistrée auprès de l’ORIAS en qualité de courtier d’assurance sous le numéro 10058146. Aucune information contenue dans ce document ne saurait être interprétée comme possédant une quelconque valeur contractuelle. Ce document est produit à titre purement indicatif. Les perspectives mentionnées sont susceptibles d’évolution et ne constituent pas un engagement ou une garantie.   L’accès aux produits et services présentés ici peut faire l’objet de restrictions à l’égard de certaines personnes ou de certains pays. Le traitement fiscal dépend de la situation de chacun. Le fonds mentionné dans le document (Monocle Fund SICAV) est autorisé à la commercialisation en France et éventuellement dans d’autres pays où la loi l’autorise. Préalablement à tout investissement, il convient de vérifier si l’investisseur est légalement autorisé à souscrire dans le fonds. Les risques, les frais et la durée de placement recommandée des OPC présentés sont décrits dans les DICI (documents d’information clé pour l’investisseur)/KIDD (key investor information documents) et les prospectus, disponibles gratuitement auprès de Monocle Asset Management et sur le site internet. Le DICI doit être obligatoirement remis aux souscripteurs préalablement à la souscription.   Les performances passées ne sont pas un  indicateur  fiable  des  performances futures. Monocle Asset Management ne saurait  être  tenue  responsable  de  toute  décision  prise  ou  non  sur  la  base  d’une information contenue dans ce document, ni de l’utilisation qui pourrait en être faite par un tiers. L’investisseur peut perdre tout ou partie du montant de capital investi, les OPC n’étant pas garantis en capital.

Pour vous désabonner ou pour toute demande d’information, vous pouvez nous écrire à monocle@monocle.lu

Fermer

Comment souscrire ?

Important à savoir