Le billet de Monocle

Que faire ?

11 janvier 2022

Chers lecteurs, chers investisseurs,

Après une année 2021 exceptionnelle sur les marchés, au cours de laquelle tant de records ont été battus, il semble être l’heure de faire les comptes.

Le S&P s’est envolé de 27%, le CAC40 de 31% et l’action Nvidia (le géant américain des semiconducteurs) de 136%.

Tout cela est encore plus mirobolant lorsque l’on s’aperçoit que c’est la troisième année consécutive de performances à deux chiffres sur les marchés actions (une première depuis 1999) : que de plus-values à réinvestir (problème de riches me direz-vous).

Néanmoins, les choses ont l’air de se complexifier en ce début d’année 2022. Le Nasdaq affiche une teinte de plus en plus vive :  -6% depuis le 1er janvier et  -8% depuis ses plus hauts de novembre.

Qui plus est, la plupart des actions le composant sont en nette baisse (40% de l’indice est à -50% sur un an). Enfin, les fameux « insiders », c’est-à-dire le management de ces sociétés (sûrement les personnes les plus au courant de la « vraie valeur du business ») vendent leurs actions à tour de bras : ils ont vendu pour $32 Milliards au cours des derniers 6 mois contre seulement $95 Millions d’achats.

Entre des valorisations toujours excessives, un cocktail inflation – hausse de taux de plus en plus acide et un échauffement certain des esprits, il semble avisé de se poser la question suivante : que faire dans un tel contexte lorsque l’on est investisseur et quelles sont les différentes issues ?

Pour que les marchés continuent leur ascension, il faut des flux entrants. Or, il semble que toutes les liquidités disponibles soient actuellement dans le système, à fortiori avec de l’effet de levier. C’est donc un marché constitué de beaucoup plus de vendeurs potentiels que d’acheteurs potentiels.

Une stagnation ? Pourquoi pas, mais vu les changements majeurs ayant impacté les marchés ces deux dernières années, la volatilité générée par les flux retails semble être une tendance bien ancrée.

Une correction ? Tout dépend de son ampleur, mais c’est peut-être le scénario le plus cohérent. La hausse des taux pourrait inciter les investisseurs à vendre leurs actions pour réallouer leurs portefeuilles vers des actifs moins risqués.

In fine, aucune réponse n’a l’air simple mais il semble être le moment de faire le tour de ses allocations et de bien réfléchir non pas au potentiel de hausse mais plutôt au risque de baisse de chacune de ses lignes – et à apporter les modifications nécessaires pour amortir le choc en cas de coup dur.

Bonne soirée,
Max

Avertissement

Cette présentation est un document à caractère promotionnel. Le contenu de ce document est communiqué par et est la propriété de Monocle Asset Management. Monocle Asset Management est une société de gestion de portefeuille agréée par l’Autorité des Marchés Financiers sous le numéro GP-20000040 et enregistrée auprès de l’ORIAS en qualité de courtier d’assurance sous le numéro 10058146. Aucune information contenue dans ce document ne saurait être interprétée comme possédant une quelconque valeur contractuelle. Ce document est produit à titre purement indicatif. Les perspectives mentionnées sont susceptibles d’évolution et ne constituent pas un engagement ou une garantie.   L’accès aux produits et services présentés ici peut faire l’objet de restrictions à l’égard de certaines personnes ou de certains pays. Le traitement fiscal dépend de la situation de chacun. Le fonds mentionné dans le document (Monocle Fund SICAV) est autorisé à la commercialisation en France et éventuellement dans d’autres pays où la loi l’autorise. Préalablement à tout investissement, il convient de vérifier si l’investisseur est légalement autorisé à souscrire dans le fonds. Les risques, les frais et la durée de placement recommandée des OPC présentés sont décrits dans les DICI (documents d’information clé pour l’investisseur)/KIDD (key investor information documents) et les prospectus, disponibles gratuitement auprès de Monocle Asset Management et sur le site internet. Le DICI doit être obligatoirement remis aux souscripteurs préalablement à la souscription.   Les performances passées ne sont pas un  indicateur  fiable  des  performances futures. Monocle Asset Management ne saurait  être  tenue  responsable  de  toute  décision  prise  ou  non  sur  la  base  d’une information contenue dans ce document, ni de l’utilisation qui pourrait en être faite par un tiers. L’investisseur peut perdre tout ou partie du montant de capital investi, les OPC n’étant pas garantis en capital.

Pour vous désabonner ou pour toute demande d’information, vous pouvez nous écrire à monocle@monocle.lu

Fermer

Comment souscrire ?

Important à savoir