Le Billet de Monocle

High Kick

17 novembre 2022

Le mouvement de jeudi dernier sur le SP500 (+5.54%), pour donner une image c’est comme si un type de la taille de Kareem Abdul-Jabbar rentrait dans le bar où vous êtes installé pour vous complimenter sur votre blouson. C’est rare. 

Kareem Abdul-Jabbar c’est lui (à gauche, à droite c’est Bruce Lee).

Chez Monocle on aime les choses précises donc voilà la distribution des tailles aux US (source: US Census).

Et comme Kareem mesure 7’2 (2m18) et que la table s’arrête à 6’6 (1m98), il appartient donc aux 0.5% les plus grands. Rare.

C’est la même chose pour le mouvement de jeudi: depuis 1950, sur un peu moins de 19,000 séances de marchés, il n’y a eu que 24 hausses supérieures à 5%. Rare.

Aucune journée de ce genre dans les décennies 50 et 60, une seule journée dans toutes les années 70 qui étaient pourtant terriblement agitées. La journée de jeudi est… rare*.

Et il est sûr que quand sur votre blouson, il y a écrit dans le dos « SHORT NASDAQ », après le mouvement de jeudi, votre T-shirt ressemble un peu à celui de Bruce Lee après sa rencontre avec Kareem :

Il est donc temps de se concentrer si on veut réussir comme Bruce à se sortir de ce gué-pied.

J’ai donc passé un peu de temps à regarder comment les marchés s’étaient comportés après des séances de ce genre. En faisant ce travail de fourmi, je trouve une journée intéressante pour notre cas actuel : le 3 janvier 2001.

Le contexte doit vous rappeler quelque chose: après plusieurs années d’euphorie sur les actions, l’année 2000 commence à laisser apparaître de sérieuses fissures face à une banque centrale qui remonte déjà ses taux pour calmer le jeu. La première séance de l’année (le 2 janvier, la veille) se solde par une baisse de près de 3% de l’indice SP500. Le lendemain, le 3 janvier, Alan Greenspan ne parle pas, il agit: baisse surprise des taux de 50 bp.

Pour rappel, le mouvement de jeudi dernier est expliqué comme la réaction à un chiffre d’inflation plus faible que prévu qui pourrait amener la FED à ralentir ses hausses de taux.

En comparaison, le 3 janvier 2001, on a l’annonce surprise d’une baisse de taux : plus fort comme signal.
Le marché réagit violemment à la hausse. Parfait.

Sauf que ça ne dure pas. L’économie est entrée en récession, les sociétés qui ont connu un afflux de commandes avant le bug de l’an 2000 se mettent à ralentir (CISCO), les guidances sont revues à la baisse.
Tout cela est incompatible avec des valorisations encore trop élevées en ce début 2001.

Le marché touchera son plus bas 21 mois plus tard et 40% plus bas, c’est-à-dire quand la purge de la bulle de 2000 sera terminée.

J’en retiens qu’entre un dégonflement de bulle et une banque centrale qui tente de faire du damage control, c’est la première qui gagne. Je garde donc mon blouson « SHORT NASDAQ » sur le dos.

Bonne semaine,

Charles

 * Pour ceux que ça intéresse, il y a 2 journées comme cela dans les 80’s, 2 dans les 90’s, 12 (!) dans la décennie 2000, 1 seule dans les 2010’s et on est déjà à 6 dans les 2020’s.


Hier, mercredi 16 novembre, Charles était en direct sur le plateau de BFM Business.
Pour voir le replay c’est ici : Lien


Focus marchés et portefeuille

Comportement :

Sur la semaine (du 8/11 au 15/11), le fonds progresse de 0,3% tandis que le Nasdaq reprend 7% (en grande partie grâce aux hausses hors normes de jeudi et vendredi dernier). Notre positionnement global reste prudent avec une exposition nette action de 11% et le maintien de nos couvertures. L’année n’est pas terminée.

Lignes :

BIONTECH (2% du fonds) : nous ramenons la ligne à 2% suite à notre pari payant de la semaine dernière. Nous avions en effet monté la position à 4% du fonds suite à l’annonce par le gouvernement Scholz que le PDG de Biontech se joindrait à la délégation de chefs d’entreprises allemands se rendant en Chine (réhaussant la probabilité que Xi décide de passer un deal avec la société sur les vaccins covid). Le cours ayant réagi positivement, nous avons pris nos profits sur cette portion de la pose.

GALAPAGOS (2% du fonds) : nous avons augmenté tactiquement la position en maintenant notre thèse d’investissement : la société a une valeur d’entreprise négative (2,8Mds€ de capitalisation vs 4,4Mds€ de cash net), un cash burn limité à 500M€ pour 2022 (environ 8 années de réserves à ce rythme) et un pipeline de produits à lancer assez avancé avec un management de grande qualité. Nous gérons la pose de manière agile avec un stop loss sur le dernier ticket que nous avons mis en place (1% du fonds) – sur lequel nous estimons le risque de baisse limité car le niveau de cash est une bonne protection pour la valorisation.

Avertissement

Cette présentation est un document à caractère promotionnel. Le contenu de ce document est communiqué par et est la propriété de Monocle Asset Management. Monocle Asset Management est une société de gestion de portefeuille agréée par l’Autorité des Marchés Financiers sous le numéro GP-20000040 et enregistrée auprès de l’ORIAS en qualité de courtier d’assurance sous le numéro 10058146. Aucune information contenue dans ce document ne saurait être interprétée comme possédant une quelconque valeur contractuelle. Ce document est produit à titre purement indicatif. Les perspectives mentionnées sont susceptibles d’évolution et ne constituent pas un engagement ou une garantie.   L’accès aux produits et services présentés ici peut faire l’objet de restrictions à l’égard de certaines personnes ou de certains pays. Le traitement fiscal dépend de la situation de chacun. Le fonds mentionné dans le document (Monocle Fund SICAV) est autorisé à la commercialisation en France et éventuellement dans d’autres pays où la loi l’autorise. Préalablement à tout investissement, il convient de vérifier si l’investisseur est légalement autorisé à souscrire dans le fonds. Les risques, les frais et la durée de placement recommandée des OPC présentés sont décrits dans les DICI (documents d’information clé pour l’investisseur)/KIDD (key investor information documents) et les prospectus, disponibles gratuitement auprès de Monocle Asset Management et sur le site internet. Le DICI doit être obligatoirement remis aux souscripteurs préalablement à la souscription.   Les performances passées ne sont pas un  indicateur  fiable  des  performances futures. Monocle Asset Management ne saurait  être  tenue  responsable  de  toute  décision  prise  ou  non  sur  la  base  d’une information contenue dans ce document, ni de l’utilisation qui pourrait en être faite par un tiers. L’investisseur peut perdre tout ou partie du montant de capital investi, les OPC n’étant pas garantis en capital.

Pour vous désabonner ou pour toute demande d’information, vous pouvez nous écrire à monocle@monocle.lu

Fermer

Comment souscrire ?

Important à savoir